La religion et la politique

religion-politics

L’approche historique est un outil important que nous permettre d’analyser les individus dans leur contexte de manière individuelle et collective. On peut y voir que l’humanité a été constamment exposée à des conflits d’origine différents. La religion, la culture, l’économie, la politique, les territoires, les différentes façons de penser et concevoir la vie ont été les causes des guerres qui ont été parfois très sanglantes. C’est dû à ces conflits que la foi est née, pour donner de l’espoir aux individus.

Selon Jacques Rollet, auteur du livre Religion et politique, la foi rejoint l’homme au centre de son existence en invitant le croyant à partager avec son Dieu la lutte contre le mal.  Mais le lien existant entre les hommes et Dieu peut se classifier en deux formes, les croyances et les convictions. Les deux formes de foi procèdent d’un besoin d’illution et d’un besoin de croire. Selon Alain Houziaux, auteur du livre Christianisme et conviction politique, les croyances se réfèrent au champ de l’invisible et les convictions au champ des idéaux.

L’histoire fait preuve que l’être humain a été confronté à des difficultés qui ont taché son existence. Les guerres pour des raisons divergentes ont fait que l’homme soit constamment à la recherche d’une paix et d’un équilibre spirituel. L’homme cherche dans ses croyances la salvation par un Dieu invisible que seulement la foi donne une espérance de son existence. Dans cette forme de foi, les hommes croient au surnaturel. Ils pensent que les problèmes de santé, économiques, sociaux et de tout genre peuvent être résolus par des miracles, par l’action d’un Dieu tout-puissant qui n’appartient pas à ce monde.  Mais il y a aussi des hommes qui voient dans un idéal la salvation et la solution aux problèmes de la société. Ils croient que la foi est un appel à l’action. Les idéaux deviennent des objectifs à accomplir. Pour eux, d’après Alain Houziaux, faire de la politique est donc une nécessité spirituelle, car c’est confesser et manifester que le plan de Dieu ne concerne pas seulement les chrétiens et l’Église, mais aussi l’ensemble de l’humanité.  C’est à cette forme de foi, c’est-à-dire les convictions, que l’organisation de la société en recherche d’un bien commune devient politique.

Jacques Rollet, Religion et politique (France : Éditions Grasset & Fasquelle, 2001)
Alain Houziaux, Christianisme et conviction politique (France : Desclée de Brouwer, 2008)